QUI SUIS-JE ?

 

C’est à 8 ans, que ma grand-mère autrichienne m'offrait à boire, une gorgée du délicieux élixir de persil commandé auprès de l’entreprise St.Hildegard POSCH, encore à ses débuts dans les années soixante-dix. Mon aïeule fut une des premières clientes de ce fournisseur, préparant toujours, au demeurant, les différents remèdes de Sainte Hildegarde avec un très grand soin.

 

Depuis, l’art de vivre de Sainte  Hildegarde est devenu une tradition familiale, bien ancrée dans nos habitudes depuis trois générations maintenant. Mon expérience personnelle date de 1990 et c’est tout à fait par hasard qu’au cours de mes études d’allemand, je choisis d’écrire mon mémoire de maîtrise sur l’œuvre d’Hildegarde de Bingen (théologie, cosmogonie et pharmacopée).


Je me croyais vouée à enseigner l’allemand mais le destin en avait décidé autrement. Plusieurs métiers se sont succédé : assistante trilingue dans l’industrie après une nouvelle formation, puis le beau métier de professeur des écoles après obtention du concours.

 

A la naissance de mon dernier enfant en 2012, je réalisais l’urgence de transmettre à mes descendants ce savoir hygiéniste de Sainte Hildegarde de Bingen. Pour ce faire, j’avais à cœur de commencer à traduire en français à partir de la première édition de la traduction allemande de la « Physica » (« livre des subtilités des créatures divines ») et de celle du « Causae et curae » (« Les causes et les remèdes ») et d’en écrire un répertoire familial, limitant ainsi un certain nombre d’erreurs de traductions, existant en langue française.

 

Ces documents, offerts par ma mère, ont l’avantage de contenir le texte en latin suivi de sa traduction allemande. Celle-ci a servi de support de recherches aux premiers « fans » d'Hildegarde. Par ailleurs, les études se poursuivent car certaines plantes doivent encore être identifiées.

 

Il me fallait donc entreprendre une formation délivrant un titre professionnel me permettant de structurer mes connaissances dans le domaine de l’hygiène de vie d'Hildegarde, d’une part, et m’enseignant les fondements hygiénistes de la naturopathie, d’autre part. Je m’inscris donc à l’Institut Hildegardien, puis au CERFPA, organisme privé d’enseignement supérieur dont les formations sont soumises au contrôle de l’état.

 

Dès l'obtention de mes certificats, je m’installe naturopathe praticienne de l’hygiène de vie sainte Hildegarde de Bingen. C’est aussi au cours de mes études, que nous apprenons la maladie de cœliaque de notre dernier-né, diagnostiquée en 2014. Cet événement m’a confortée dans la nouvelle orientation que je venais de prendre deux ans plus tôt. L’heureuse surprise ne s'est pas fait attendre : l’amélioration considérable de son état de santé grâce à la diététique et aux remèdes de la thérapie Hildegarde.