top of page

 

La rédaction de ce premier livre durera dix ans, jusqu’en 1151, période durant laquelle le pape Eugène III reconnait publiquement, à Trêve au cours d’un synode, l’authenticité de ses visions (Bernard de Clairvaux est présent durant cette lecture publique).Plus exactement, le pape de l’époque, confirme que les écrits d’Hildegarde ne sont d'aucune manière, en contradiction avec le magistère de l’Eglise.

Après une commission d’enquête menée sur elle, Hildegarde est encouragée à continuer son travail d'écriture.

 

Dans ses visions, elle a l’ordre de fonder un nouveau monastère au Rupertsberg. Elle quitte donc en 1150 le monastère d’hommes du Disibodenberg pour fonder un monastère de femmes.

Ce monastère devenant trop petit, elle fonde un monastère annexe (dont il ne reste aujourd’hui plus rien, car détruite en 1632 par les invasions suédoises) à Eibingen près de Rudesheim am Rhein. C’est un ancien couvent de St Augustin qu’elle restaure en 1160, et le « livre des mérites » date de cette époque (1158-1163).

 

Plusieurs miracles ont lieu durant cette période. Une oeuvre magistrale est écrite entre 1151 et 1158, c’est le « Livre des subtilités des créatures divines » nommé aussi la « Physica ». Le « livre des œuvres divines » sera écrit entre 1163 et 1173/74 et le livre « Les causes et les remèdes » est rédigé entre-temps.

Hildegarde écrit expressément : "les remèdes décrits et prescrits pour les maladies mentionnées sont révélés par Dieu." (Cette phrase est citée deux fois.

 

Hildegarde part ensuite en voyage : c’est une nouvelle mission qui commence alors qu’elle a soixante ans. Cette aventure durera dix ans et c'est l'occasion de prêcher les enseignements qu’elle a reçus. Ses voyages s’effectuent principalement en Rhénanie et Westphalie (1161-1163) et jusqu’en Lorraine (1160).

Elle correspond avec d'illustres personnages de l'époque, les couples royaux, les papes et l’empereur Barberousse qu’elle n’a pas hésité à reprendre vertement pour sa mauvaise conduite.

 

Le 17 septembre 1179, Dieu la rappelle à Lui, à l’âge de 81 ans peu après minuit. Hildegarde de Bingen, pourtant considérée de son vivant comme une Sainte, n'est inscrite dans le martyrologue romain qu'au 16ème siècle. Elle est canonisée le 10 mai 2012 par le Pape Benoît XVI et proclamée Docteur de l’Eglise le 7 octobre 2012.

                                                                     BIOGRAPHIE

                                                             Hildegarde de Bingen (1098-1179)

 

Hildegarde naît en 1098 en Rhénanie, à Bermesheim près d’Alzey au Sud de Mayence (Mainz) en Allemagne.

Elle est la benjamine de 10 enfants et son père est régisseur des biens de l’évêché de Spire et appartient à la noblesse allemande.

 

A l’âge de trois ans, elle vit une grande lumière qui la pénétrait mais n’osa pas en parler. Elle aura des visions, dans un état d’éveil (non extatique) quotidiennement, à partir de ce moment. Les parents reconnaissent le don merveilleux de leur fille et la confient à l’âge de 14 ans, non à 8 ans comme on l’a cru longtemps, à Jutta von Sponheim qui crée un ermitage près de Kreuznach, au Disibodenberg en Hesse rhénane.

 

Jutta prend en charge son éducation et Hildegarde s’adapte à la règle bénédictine qui régit l’ermitage. Celle-ci reçoit le voile à 15 ans et à 38 ans, après la mort de Jutta, elle est à la tête de la communauté des moniales. C’est à l’âge de 42 ans et 7 mois qu’Hildegarde reçoit l’ordre d’écrire. A ce moment-là, les souffrances physiques dont elle est la proie, diminuent.

Dieu lui dit : "Écris ce que tu vois et entends! Révèle les merveilles que tu as connues! Écris-les et parle".

 

En 1141, avec l’aide du moine Volmar, qui lui servira de secrétaire, elle écrit le « Scivias » (« Connais les voies »). Durant cette période, elle fait la connaissance de Bernard de Clairvaux (St Bernard), avec qui elle partagera ses visions et ses inquiétudes au sujet de l’ordre qu’elle a reçu, celui d’écrire ce qu’elle voit.

bottom of page